AIDE | QUITTER
   

Année académique 2016-2017
24/11/2017
Image transparente
Dernière modification : le 19/09/2016 par BRUNFAUT, Victor

Langue/Language


Projet d'architecture : terrains d'architecture
PROJ - P0709

I. Informations générales
Intitulé de l'unité d'enseignement * Projet d'architecture : terrains d'architecture
Langue d'enseignement * Enseigné en français
Niveau du cadre de certification * Niveau 7 (2e cycle-MA/MC/MA60)
Discipline *
Titulaire(s) * [y inclus le coordonnateur] Victor BRUNFAUT (coordonnateur), Graziella VELLA
II. Place de l'enseignement
Unité(s) d'enseignement co-requise(s) *
Unité(s) d'enseignement pré-requise(s) *
Connaissances et compétences pré-requises * Connaissances et compétences acquises au terme du Bachelier en architecture, voir profil d'enseignement BA, en particulier celles relatives à la pratique du projet d'architecture (maîtrise des questions de dimensionnement et des techniques de conception)
Programme(s) d'études comprenant l'unité d'enseignement - M-ARCHS - Master en architecture (10 crédits, optionnel)
III. Objectifs et méthodologies
Contribution de l'unité d'enseignement au profil d'enseignement *

1. CONCEVOIR UN PROJET D’ARCHITECTURE

 

A. Instruire une question architecturale. S'approprier une question donnée et la traduire en des termes architecturaux en vue de faire émerger, au moyen d’une démarche itérative, plusieurs hypothèses de travail, mettant en relation les différents paramètres de son étude.

 

B. Elaborer une réponse spatiale. Concevoir des propositions architecturales par un questionnement exploratoire, s'appuyant à la fois sur la prise en compte de contraintes et de valeurs (environnementales, paysagères, artistiques, culturelles, socio-économiques, ...) en s'appropriant les langages verbaux, écrits, graphiques de l'architecture comme outils de conception.

C. Mettre en œuvre une réponse spatiale située. Et cela quelle qu'en soit l'échelle, de l’objet et du design aux territoires. Elargir sa démarche à la prise en compte du contexte matériel du projet, aux questions des ressources et aux réalités constructives.

D. Expérimenter, faire preuve d’inventivité, face aux situations rencontrées, qu’il s’agisse de questions technique, formelle, sociale, collaborative...

 

2. DEVELOPPER UNE ATTITUDE REFLEXIVE ENRICHISSANT LES THEORIES ET LES PRATIQUES DE L’ARCHITECTURE.

 

A. Connaître les arguments qui fondent la spécificité du langage architectural. Se constituer une culture architecturale et l’exprimer dans une démarche personnelle.

B. Maîtriser un ensemble de bases théoriques et méthodologiques des disciplines associées à l'architecture : sciences humaines et sociales, sciences et techniques, art et culture, en vue de les utiliser à bon escient pour enrichir la discipline architecturale.

C. Intégrer ces ressources indispensables, être capable d’en faire un usage critique et réfléchi, et de pouvoir les saisir comme des opportunités plutôt que des contraintes.

D. Fabriquer et transmettre une expertise spatiale en usant des compétences acquises dans les disciplines de la représentation et de la communication. En développer un usage réflexif de manière à en faire des ressources plutôt que de simples instruments.

E. Problématiser en termes scientifiques des questions de recherche et être en mesure de les communiquer.

 

3. CONSTRUIRE, EN TANT QU’ARCHITECTE, UN ENGAGEMENT CITOYEN ET UNE PRATIQUE ETHIQUE ET RESPONSABLE

A. Envisager l’architecture comme discipline culturelle en perpétuel renouvellement, en relations constantes avec les évolutions des pratiques artistiques et des expérimentations sociales.

B. Identifier, comprendre et déconstruire les évidences, les opinions et lieux communs en adoptant une posture critique à l’égard de l’architecture dans ses multiples dimensions et les réactions qu’elle suscite.

C. Saisir les enjeux sociaux, politiques, éthiques des projets architecturaux et développer une attitude responsable à leur égard.

D. Connaître les acteurs des processus de production de l’architecture, identifier de manière critique leurs positions, leurs raisons.

E. Poser des choix engagés et autonomes, fondés sur des projets architecturaux émancipateurs, visant une société juste.

F. S’adapter à la diversité des conditions des pratiques professionnelle voire à les réinventer. Comprendre les logiques des divers métiers dans lesquels des enjeux spatiaux et architecturaux sont présents, et pouvoir y mobiliser les compétences acquises durant la formation.

G. S’ouvrir sur le monde en élargissant les horizons culturels et promouvoir les échanges pédagogiques favorisant les compétences linguistiques

4. INTERAGIR AVEC L’ENSEMBLE DES ACTEURS ENGAGES DANS LES QUESTIONS D’ESPACE ET D’ARCHITECTURE

A. Faire preuve d’écoute, de capacité d’analyse et de synthèse face aux enjeux et attentes de l'ensemble des acteurs d'un projet.

B. Stimuler l'expérimentation et la créativité pour trouver des réponses ad hoc aux enjeux collectifs, créer, partager une vision, fédérer les énergies et susciter la cohérence des implications.

C. Communiquer, de façon claire et structurée, à des publics avertis ou non, des informations, des réflexions, des idées autour de questions architecturales et de leurs résolutions spatiales, en intégrant les différents langages de l’architecte.

Objectifs de l'unité d'enseignement (et/ou acquis d'apprentissages spécifiques) *

Le cours d’atelier de projet d’architecture vise, dans le cadre de l’atelier Terrains d’architecture, à l’acquisition par les étudiants des moyens de l’architecte (principalement : le dessin, la capacité de penser l’espace, la « synthèse architecturale »), mais au-delà, d’offrir aux étudiants un lieu où penser leur rôle – d’étudiant en architecture et de futur architecte. L’accent est mis sur la dimension collective de production de l’architecture, que ce soit au sein de l’atelier (le travail de groupe et la co-production sont favorisés) ou dans le rapport à la commande (prise en compte de la dimension collective de l’acte architectural). Les compétences visées sont dès lors, outre celles de la conception architecturale (dimensionnement, capacité de travail aux différentes échelles du projet, maniement des éléments programmatiques, dessin, maquette, maniement des références architecturales,…), celles liées à la compréhension et à la prise en compte de la spécificité des situations: le projet est « situé » dans le temps et l’espace (il s’inscrit dans un processus, dans un contexte culturel précis, porté par des acteurs spécifiques), et les différents acteurs de ce processus sont « situés » - ils ont leur bagage, leurs attentes, leur « expertise ».

Contenu de l'unité d'enseignement *

L’atelier se présente en lien avec le centre de recherche HABITER, et l’option ADP (Architecture-Développement-Patrimoine). On y met l’accent sur le lien entre l’architecture et le patrimoine entendu comme « accroche ».

La thématique autour de laquelle se structure l’atelier est celle de l’architecture comme processus de transformation.

L'approche de l'atelier est de considérer le projet architectural et urbain dans la continuité d'un processus historique qui le précède et qui lui succèdera; les différentes analyses, et le travail de projet lui-même, visent à comprendre les éléments qui structurent ce processus (éléments physiques, culturels,…) : le projet est instrument de connaissance. Le projet d’architecture ou, plus largement, de transformation (qu’il soit porté par les acteurs du réel – architectes, urbanistes, pouvoirs publics, habitants ou usagers,… – ou par des étudiants en architecture) n’est qu’un moment dans ce processus. L’Unité s’intéresse à la production sociale de l’architecture comme phénomène culturel dépassant les limites de la discipline: les notions de code, de norme, de modèle, font ainsi l’objet d’une attention soutenue. Elle entend amener les étudiants à explorer la figure de l’architecte, et à questionner la notion d’« expertise » par la pratique de projet situé.

En termes méthodologiques, les moments de l’analyse et du projet ne sont pas distincts l’un de l’autre : l’analyse, la description sont projet.

Méthodes d'enseignement et activités d'apprentissages *

La structure de l’atelier est semestrialisée; néanmoins, la continuité pédagogique entre les deux quadrimestres est recherchée, principalement en MA2 (année diplomante), où l'atelier favorise le développement d'un travail sur l'année, possiblement en lien avec le TFE. On y développe une pratique de travail collectif.

Les activités d'apprentissage sont de deux types :

1. Atelier (pratique du projet d'architecture)

2. Cours et travaux pratiques 

 
 
Support(s) de cours indispensable(s) * Non
Autres supports de cours

Les supports de cours et bibliographie spécifiques aux questions affrontées seront communiquées lors des premières séances de cours. 

Références, bibliographie et lectures recommandées *

GRASSI G., L’architecture comme métier et autres écrits, Bruxelles-Liège 1983

LATOUR Br.,, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, La Découverte, Paris 1991 

ROSSI A., L'architecture de la ville, Ed. L’Equerre, Paris,1981 (éd. originale 1966)

ROWE C., KOETTER Fr., Collage City, 1978

Casabella, n.498-99, gennaio-febbraio 1980

BRUNFAUT V., TERLINDEN B., VELLA G., (Dir.) Dossier thématique « Mosquées bruxelloises en projet », CLARA Architecture Recherche, Editions Mardaga, Bruxelles – Faculté d’Architecture de l’ULB, mars 2014, N°2, pp. 11-135

VELLA G., BRUNFAUT V., “Apprendre en situation de transmission”, CLARA Architecture Recherche, Editions Mardaga, Bruxelles – Faculté d’Architecture de l’ULB, mars 2015, N°3, pp.31-42 

IV. Evaluation
Méthode(s) d'évaluation *

L'évaluation se fait principalement sur la base de présentation de documents graphiques et maquettes, lors de jurys ouverts ou non à des personnes extérieures à l'atelier. Une partie de l'évaluation, de type continue, porte sur l'implication de l'étudiant(e) dans les activités collectives, et sur sa capacité à intégrer les critiques. L'atelier favorise l'autonomie des étudiant(e)s, et leur capacité au travail collectif.

Le travail collectif impliquant des étudiants de niveaux différents (principe de l'atelier dit "vertical"), l'évaluation de chaque étudiant intègrera les compétences spécifiques à son niveau d'étude.

Construction de la note (en ce compris, la pondération des notes partielles) *

50% en évaluation continue (activités développées en atelier), 50% au jury final

Langue d'évaluation *

Français

V. Organisation pratique
Institution organisatrice * ULB
Faculté gestionnaire * Architecture
Quadrimestre * Premier quadrimestre (NRE : 39772)
Horaire * Premier quadrimestre
Volume horaire

L'atelier se tient de manière générale le mardi matin (10 à 13h) et le vendredi toute la journée (10 à 17h). 

Ces horaires peuvent faire l'objet de modifications, par exemple lors d'activités spécifiques (visites, conférences, jurys d'évaluation), le canal de communication aux étudiants étant le courrier électronique et le tableau. La présence en atelier est fortement conseillée.

VI. Coordination pédagogique
Contact *

Victor Brunfaut
Faculté d’Architecture La Cambre-Horta
Université Libre de Bruxelles - ULB
19, Place Flagey – B-1050 Bruxelles
T. +32.(0)2.6436679

victor.brunfaut@ulb.ac.be

 

Lieu d’enseignement *

Campus Flagey

Local Fl 3.1

VII. Autres informations relatives à l’unité d’enseignement
Remarques

L’atelier de projet “Terrains d’architecture” se développe en 5 UE, 2 au Q1, 3 au Q2 formant un “atelier vertical” durant chacun des deux quadri. Il s’inscrit dans la filière Patrimoine : on y développe une approche au projet d’architecture considéré comme moment d’un processus de transformation d’une réalité concrète (réalité tant construite que sociale, culturelle, etc) qui lui préexiste (un “patrimoine”) et qu’il contribuera à transformer.

L’UE est conjointe à l'UE PROJ-P-0909 au sein d’un atelier vertical.

 


Retour aux détails du cursus
Image transparente
Passer directement au début de la page